Que faire si vous trouvez un oiseau blessé ?

Vous avez trouvé un oisillon malencontreusement tombé du nid ? Vous croisez un oiseau qui présente des signes de faiblesse, des blessures apparentes ou un comportement anormal ?

Autant de situations auxquelles sont parfois confrontés les amis des animaux. Malheureusement, en voulant les sauver, certains font plus de mal que de bien…

Les causes de détresse

7 % des oiseaux accueillis dans les centres LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) le sont suite à une collision contre un objet fixe, notamment une vitre. Autre situation accidentelle : les collisions de rapaces diurnes et nocturnes avec les véhicules (6 %).
 
Mais la principale raison (39 %) est due à une erreur de la part d’une âme charitable et bienveillante…

« De nombreuses personnes, pensant bien faire, ramassent les jeunes oiseaux et les déposent au centre de sauvegarde le plus proche. Dans la majeure partie des cas, ces oisillons ne sont pas en détresse, il suffit simplement de les mettre hors de danger à proximité de l’endroit où ils sont découverts. Sachez qu’un oisillon est un être très fragile et son transport vers un centre risque de lui être fatal alors qu’il n’était pas forcément en danger ! » alerte Anne-Laure Dugué, responsable du programme faune en détresse à la LPO.

Les bons réflexes à adopter

Examinez la situation : assurez-vous d’abord que l’oiseau est réellement en détresse en prenant le temps d’observer la situation et son environnement.

« Ce n’est pas parce qu’on voit un animal au sol qu’il faut se sentir obligé de le ramasser », résume Anne-Laure Dugué.  « Si c’est un oisillon, dans la plupart des cas les parents se trouvent aux alentours, à la recherche de nourriture ou attendant qu’un potentiel danger (vous en l’occurrence !) se soit éloigné », poursuit-elle.

Prenez l’oiseau avec prudence : saisissez l’oiseau blessé avec prudence. Couvrez-le avec un tissu épais (serviette, vêtement…) afin de l’immobiliser sans risques.

S’il s’agit d’un jeune rapace (faucon crécerelle, buse), protégez-vous des serres et du bec en portant des gants.

Evitez de trop le manipuler. Cela peut entraîner beaucoup de stress et parfois causer la mort pour certains oiseaux (pics, éperviers…).

Placez l’oiseau dans un carton fermé : mettez l’oiseau dans un carton fermé percé de quelques trous pour l’aération. N’utilisez surtout pas de cage avec du grillage ou des barreaux.

Maintenez l’animal au calme, dans une pièce tempérée. Evitez-lui les déplacements inutiles, les gestes brusques.

Observez l’oiseau avant d’intervenir : avant de le prendre dans vos mains, observez-le. Demandez-vous si cet oiseau a réellement besoin de vous.

Les oisillons que l’on retrouve parfois sur le sol au printemps et en été ne sont pas forcément en difficulté. La plupart quittent à peine leur nid, sans trop savoir voler et sont encore nourris par leurs parents.

Si l’oiseau s’est cogné contre une fenêtre ou une baie vitrée, il a peut-être simplement besoin de reprendre ses esprits, et peut reprendre son vol après quelques minutes (voire quelques heures)…

Contactez un centre de soins

Contactez le centre de soins LPO (ligue de protection des oiseaux) ou un centre de sauvetage de la faune sauvage le plus proche. Plus vite l’oiseau sera pris en charge par des spécialistes de la faune sauvage, plus il aura de chances de pouvoir être relâché dans la nature. Il recevra les soins et la nourriture appropriés, selon son espèce et ses besoins.

Ne le forcez pas à boire : ne forcez surtout pas l’oiseau à boire, surtout s’il s’agit d’un rapace. Vous risqueriez de lui introduire de l’eau dans les poumons sans le vouloir.

Nourrissez-le : vous pouvez essayer de nourrir l’oiseau. Donnez-lui de la pâtée pour insectivores que l’on peut trouver dans les animaleries (plusieurs fois par jour), des vers de farine ou éventuellement des croquettes pour chat, que vous aurez trempées dans de l’eau tiède pour les ramollir. Evitez à tout prix le pain, le lait et l’eau sucrée, de fausses bonnes idées.

Ne pas garder l’animal chez soi…

« Rappelez-vous que la plupart des oiseaux sont protégés. La loi interdit aux particuliers de capturer, détenir et soigner des animaux sauvages (art. L 415-3 Code de l’environnement). Toutefois, une exception a été accordée aux particuliers qui ramassent un animal blessé et le transportent vers un centre de sauvegarde à condition que ce transport s’effectue dans les meilleurs délais », avertit Anne-Laure.

 En d’autres termes, sauf avis contraire de la part des professionnels, ne gardez pas cet animal chez vous…

Sources :

  1. https://www.femmeactuelle.fr/animaux/animaux-pratique/pour-sauver-un-oiseau-blesse-715326
  2. https://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/12287-que-faire-face-a-un-oiseau-blesse/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire