Comment évolue l’utérus au cours de la grossesse ?

En portant Bébé durant 9 mois, l’utérus prend du volume. Cette augmentation de la hauteur utérine impacte le corps entier, du transit à la respiration.

On fait le point sur l’évolution de l’utérus pendant la grossesse.

Enceinte, le corps est le théâtre de nombreux changements. Avec en premier plan, l’utérus. Dre Diane Winaver, gynécologue-psychosomaticienne, nous raconte les changements que subit cet organe au cours des 9 mois.

A quoi sert l’utérus ?

L’utérus est un organe musculaire en forme de poire niché dans le bas-ventre, devant la vessie et derrière le rectum. Il est tapissé d’une muqueuse utérine qui grossit grâce aux hormones au fil du cycle menstruel. La muqueuse est ensuite expulsée au cours des règles lorsqu’il n’y a pas fécondation. Durant la grossesse, l’organe accueille l’embryon.

L’utérus peut être penché vers la vessie (anteversé), ou incliné vers le rectum (rétroversé). Rassurez-vous si vous êtes concernée, ces deux situations n’impactent en rien la fertilité !

Mesure utérine : quelles sont les valeurs prises en compte ?

A partir du 4e mois de grossesse, l’utérus doit mesurer environ 16 cm et prendre ensuite 4 cm par mois jusqu’au 7e mois. A partir de 32 semaines d’aménorrhée (au-delà du 7e mois), il évolue de 0,5 cm par semaine jusqu’au terme. On compare donc les résultats obtenus sur la femme enceinte à la hauteur utérine moyenne :

  • A 4 mois : la moyenne est de 16 cm.
  • A 5 mois : la moyenne est de 20 cm.
  • A 6 mois : la moyenne est de 24 cm.
  • A 7 mois : la moyenne est de 28 cm.
  • A 8 mois : la moyenne est de 30 cm.
  • A 9 mois et jusqu’au terme : la moyenne est de 32-34 cm.

En cas de grossesse gémellaire, l’utérus est encore plus sous tension ! A 6 mois, il fait ainsi la même taille que celui d’une femme enceinte d’un bébé unique au 9e mois.

Quand et comment mesurer la hauteur utérine enceinte ?

On appelle hauteur utérine la distance entre le bord supérieur de l’os du pubis (ou symphyse pubienne) et la partie la plus haute de l’utérus. Dès le 4ème mois de grossesse et jusqu’au terme, la Haute Autorité de Santé préconise de la mesurer à chaque visite prénatale. Cela permet d’avoir une estimation clinique de la croissance du fœtus.

La hauteur utérine mesure la taille de l’utérus sur sa hauteur (à la verticale). La future maman est en position allongée, et la sage-femme ou le gynécologue va mesurer, avec un mètre ruban, la hauteur du ventre en partant de la symphyse pubienne (os du pubis) jusqu’au fond utérin, c’est-à-dire la partie la plus haute de l’utérus. Pour cela, le praticien va palper l’utérus.

« La mesure de la hauteur utérine est un geste d’ensemble, dans lequel le palper utérin a une grande importance. La palpation permet de repérer le fond utérin pour mesurer la hauteur utérine, mais aussi d’apprécier la tonicité de l’utérus et estimer la quantité de liquide amniotique », précise notre expert. 

Ce geste est répété à chaque visite prénatale à compter du 5ème mois de grossesse, et ce jusqu’au terme.

Hauteur utérine : la mesure est-elle précise ?

Théoriquement oui, mais elle dépend beaucoup de la position du bébé – s’il est en position transverse par exemple, il va faire diminuer la hauteur – et du volume abdominal de la future maman. Autrement dit, plus cette dernière est forte, plus la mesure est imprécise. En cas de doute sur la croissance du bébé, la future maman fera l’objet d’une surveillance accrue.

Que faire en cas de mesure utérine faible ?

Que faire si la mesure utérine n’augmente pas ? Le caractère génétique a son importance. Le médecin ou la sage-femme va donc en premier lieu regarder le dossier médical et plus précisément la taille et le poids des parents, mais aussi le cas échéant ceux des enfants déjà nés.

S’il ne révèle aucune prédisposition génétique, des examens, et notamment une échographie qui prendra la mesure précise du bébé (tête, abdomen, pieds…), seront pratiqués. S’il apparaît un retard de croissance de l’enfant, d’autres analyses seront prescrites pour en déterminer les causes.

C’est dans ces cas-là que l’on retrouve des hypertensions ou toxémies ou pré-éclampsies maternelles (retard généralement détecté au cours du 3e trimestre de la grossesse). Mais cela peut aussi être lié à une anomalie du caryotype (le retard apparaît alors souvent au 2e trimestre).

Il y a dans cette hypothèse un risque de trisomie (trisomie 13 ou 18). En fonction de l’anomalie et du terme de la grossesse, différentes options pourront être envisagées : du repos pour la future maman, une hospitalisation, un déclenchement de l’accouchement…

Que faire en cas de mesure utérine trop élevée ?

Comme dans le cas d’une mesure utérine faible, le facteur génétique va être analysé. On va aussi rechercher si la future maman ne souffre pas d’un diabète gestationnel.

Elle peut aussi être due à une hydramnios (accumulation excessive de liquide amniotique), elle-même causée par une malformation du fœtus, notamment du tube digestif, ou par des problèmes neurologiques. Une échographie permettra de confirmer le diagnostic.

La croissance du bébé va bien entendu être suivie très régulièrement. Le terme, l’importance de l’excès de poids et l’anomalie décelée seront pris en compte pour décider des traitements nécessaires, voire d’un déclenchement de l’accouchement.

L’impact de l’utérus sur le corps pendant la grossesse

La place croissante que prend l’utérus dans le corps comprime les organes voisins, impactant ainsi leur fonctionnement. L’utérus appuie sur la vessie, ce qui donne plus fréquemment envie d’uriner, mais aussi sur l’intestin, ce qui peut ralentir la digestion et engendrer une constipation. Avec l’avancé de la grossesse, l’utérus compresse les côtés et donc les poumons.

Cela provoque parfois une difficulté respiratoire et une accélération du rythme cardiaque. Dre Diane Winaver ajoute que l’utérus appuie également sur tout le paquet veineux du petit bassin, entraînant souvent un gonflement des membres inférieurs (jambes lourdes), et, dans le pire des cas, des varices.

L’utérus peut-il retrouver sa taille normale ?

L’utérus retrouvera sa taille normale et le col utérin se refermera 6 à 8 semaines environ après l’accouchement.

Sources :

  1. https://www.parents.fr/grossesse/suivi-de-grossesse/rendez-vous-de-la-grossesse/avec-la-sage-femme/hauteur-uterine-tout-sur-la-mesure-de-la-hauteur-uterine-
  2. https://www.magicmaman.com/,hauteur-uterine,2458867.asp
  3. https://www.magicmaman.com/comment-evolue-l-uterus-au-cours-de-la-grossesse,3688949.asp