Pourquoi faut-il éviter le café à jeun ?

Nous sommes nombreux à avoir ce petit rituel du matin : à peine un pied au sol, le premier geste est de prendre une tasse de café. Rien de tel qu’une gorgée de cette boisson, source d’antioxydants, de minéraux et de vitamines, pour réveiller notre organisme en stimulant la production d’adrénaline.

Si pour certains, cela n’entraîne aucun désordre ; pour d’autres, cela peut causer quelques problèmes…

62 % des Français boivent du café au petit-déjeuner. Avec une moyenne de 482 tasses consommées chaque année, le nouvel or noir, porté par le triomphe des capsules et dosettes (utilisées par 67 % des buveurs contre 53 % pour le café moulu) connaît un franc succès dans l’Hexagone.

Mais cet engouement peut-il être néfaste pour notre organisme lorsque la boisson est consommée à jeun ?

Maux d’estomac, stress, troubles du transit….  

Une tasse de café stimule la sécrétion de l’acide chlorhydrique, une substance qui aide à décomposer les aliments, explique Marie-Laure André, diététicienne-nutritionniste. Cela peut entrainer des remontées acides, des ballonnements ainsi que des brûlures d’estomac. A la longue, cela peut même être responsable d’une inflammation de la muqueuse de l’estomac, occasionnant des douleurs régulières

La caféine consommée à jeun possède également un effet laxatif plus important : la présence d’acide chlorogénique, un actif qui accentue la production d’acide gastrique, stimule les intestins. Si vous souffrez de colopathie ou du syndrome de l’intestin irritable, cela peut occasionner des diarrhées et des douleurs abdominales. 

Plus largement, la consommation de caféine à jeun peut avoir des répercutions sur d’autres organes, dont le cerveau, et provoquer des troubles de la motricité involontaire, comme des tremblements, avoir un impact négatif sur votre humeur et augmenter les symptômes de l’anxiété chez les personnes qui en souffrent. 

Opter pour un café décaféiné, rajouter une goutte de lait ou un sucre ne change rien à l’affaire.

Quelques bons réflexes s’imposent

Pour éviter ces effets délétères, il est recommandé de boire votre café en même temps qu’un peu de nourriture solide, ne serait-ce qu’une tranche de pain, ou de le consommer à la fin du petit-déjeuner.

Ces aliments vont empêcher l’acide gastrique en excès d’endommager la muqueuse, ce qui permettra de mieux protéger votre appareil digestif, précise Marie-Laure André. 

Vous ne mangez pas le matin ? Dans ce cas, et si vous êtes sensible aux effets de la caféine, mieux vaut vous passer de cette boisson chaude. Préférez un rooibos, un bol de chicorée ou un café d’épeautre, des boissons dépourvues de caféine. 

D’autant plus que le corps n’en aurait pas besoin pour se réveiller : dès le saut du lit, le taux de cortisol, l’hormone du stress et de la vigilance, est élevé et ne baissera qu’au bout d’une heure. L’organisme a donc en lui tout ce qu’il faut en lui pour démarrer la journée du bon pied. 

À quelle heure boire son café ?

Idéalement, il est recommandé d’avaler cette boisson en milieu de matinée et non dès le petit déjeuner. La raison ? Au réveil, notre corps sécrète du cortisol, qui a pour rôle de stimuler notre organisme et de mettre nos sens en éveil. Seulement, l’action de cette hormone est réduite par la caféine. Résultat, au lieu de nous apporter un coup de fouet, le café peut nous fatiguer ! Selon les spécialistes, il est donc préférable de prendre un café entre 9h30 et 11h30, créneau horaire où le taux de cortisol diminue. La stimulation de la caféine sera alors la bienvenue.

Sources :

  1. https://www.doctissimo.fr/nutrition/cafe/Boire-du-cafe-a-jeun
  2. https://www.femina.fr/article/boire-du-cafe-a-jeun-mauvaise-idee-l-avis-d-une-naturopathe

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire