La listeria, c’est quoi ?

La listériose est une infection alimentaire due à une bactérie nommée Listeria monocytogenes qui peut être responsable de complications graves, notamment chez les populations fragiles.

La listériose est une maladie qui est due à la bactérie Listeria monocytogenes.

Elle se manifeste soit par une atteinte du système nerveux central en provoquant une méningite ou une méningo-encéphalite, soit par une septicémie (présence dans le sang).

Elle touche principalement les personnes ayant des défenses immunitaires affaiblies ou immatures : personnes immunodéprimées (personnes atteintes de cancer, transplantées, hémodialysées…), femmes enceintes, nouveau-nés, personnes âgées.

Chez la femme enceinte, elle peut provoquer un avortement ou un accouchement prématuré mais peut aussi être responsable d’une infection néo-natale (infection à la naissance d’un nouveau-né).

Quels sont les chiffres de la listériose en France ?

La listériose humaine est une maladie à déclaration obligatoire en France depuis 1998 : le médecin ou le laboratoire d’analyses médicales doit informer les autorités sanitaires lorsqu’il détecte un cas de listériose. Son incidence a diminué jusqu’en 2001, s’est stabilisée de 2001 à 2006, puis augmente régulièrement depuis 2006 pour atteindre en 2019, 5,6 cas de listériose/million d’habitants.

  • 300 à 400 cas de listériose sont déclarés chaque année en France.
  • C’est la 2e cause de mortalité d’origine alimentaire en France.
  • Plus de 80% surviennent chez des personnes fragiles (femmes enceintes et nouveau-nés, personnes âgées de +65 ans, personnes immunodéprimées).

Quels contrôles sont réalisés en France ?

Les producteurs et les distributeurs sont soumis à de nombreux contrôles (auto-contrôles, contrôles planifiés ou non planifiés) sur l’hygiène et le respect de la chaîne du froid. Chaque année, plus de 60 000 prélèvements sont effectués par les services de la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) correspondant à 100 000 analyses en laboratoire.

En cas de contamination avérée, des mesures de retrait ou de rappel de produits pour protéger le consommateur ainsi que des mesures préventives ou correctives pour le producteur ou le distributeur sont prises. Mais ces contrôles ne doivent pas empêcher le consommateur d’appliquer les règles d’hygiène !

Comment est-on infecté ?

La bactérie responsable de l’infection est fréquemment retrouvée dans l’environnement (sols, végétaux, eaux usées) et dans le tube digestif de nombreux animaux, qui se contaminent en se nourrissant. Elle résiste au froid et peut donc proliférer dans le réfrigérateur et survivre dans le congélateur, mais est tuée par la chaleur.

Les aliments crus sont ainsi les plus fréquemment contaminés : fruits et légumes mal lavés, produits laitiers non pasteurisés et fromages au lait cru, viandes peu cuites, produits de charcuterie, poissons fumés et crus, coquillages crus, ou encore graines germées.

Il est impossible de reconnaître un aliment contaminé par Listeria, il a la même apparence, le même goût et la même odeur qu’un produit sain.

L’ingestion de la bactérie n’entraîne pas forcément la listériose, il faut en consommer une dose élevée pour risquer d’être malade. Certains individus sont des porteurs sains, c’est-à-dire qu’ils portent la bactérie en eux sans développer la maladie.

Quels sont les risques d’être infecté ?

La listériose est une maladie rare en France, avec environ 5 à 6 cas par million d’habitants par an, soit environ 400 cas chaque année.

Elle touche en particulier les personnes dont le système immunitaire est fragile (à la suite d’un traitement ou d’une maladie), les personnes âgées, les femmes enceintes et les nouveau-nés.

Si la maladie survient exceptionnellement chez des personnes en pleine santé, elle peut entraîner la mort, en particulier chez les personnes sensibles.

Quels sont les symptômes de la listériose ?

La bactérie pouvant contaminer différents types d’aliments, de nombreuses personnes ingèrent assez fréquemment de petites quantités de L. monocytogenes sans qu’aucun symptôme n’apparaisse, rappelle l’Anses. Quand elle rend maladie, les symptômes liés à la listériose sont intestinaux et gastriques. Parmi les signes :

  • diarrhées,
  • douleurs abdominales,
  • nausées, vomissements
  • fièvre, maux de tête, et de courbatures.

Chez une femme enceinte, la listériose se manifeste par des symptômes grippaux comme une fièvre isolée, des frissons, lombalgies.

Description de la listériose chez l’Homme. © ANSES

Diagnostic : prise de sang, prélèvement vaginal, ou ponction lombaire

Le diagnostic se fait chez les personnes qui présentent les symptômes de la contamination.

Il repose sur l’isolement de la bactérie suite à un prélèvement de sang, un prélèvement vaginal, de liquide gastrique chez un nouveau-né ou d’une ponction lombaire.

Quels traitements en cas de contamination ?

« Le traitement de la listériose repose sur l’administration d’antibiotiques. », rapporte le médecin.

Dans 20% des cas, cette contamination entraîne un décès le plus souvent chez les malades déjà fragilisés par une autre maladie. Dans les deux mois qui suivent la consommation d’un aliment infecté, il est recommandé de surveiller l’apparition des symptômes. Si les signes apparaissent, une consultation médicale s’impose.

Femme enceinte, personne âgée : qui est surtout à risque ?

« Les personnes âgées (à partir de 65 ans), les nouveau-nés et les femmes enceintes sont des personnes particulièrement exposées au risque de la listériose. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont également plus susceptibles de contracter la listériose. », précise le Dr Jacques Amselem.

Notamment, les personnes sous traitement immunosuppresseur, ayant une maladie auto-immune, une infection par le VIH par exemple. Les personnes souffrant d’un cancer, d’une maladie du sang ou du foie (cirrhose, etc.), les diabétiques insulinodépendantes et celles ayant subi une transplantation d’organe sont aussi plus à risque, souligne l’Anses. 

Il faut donc être nettement plus vigilant chez ses personnes. Chez la femme enceinte, l’infection peut causer un avortement spontané, un accouchement prématuré ou encore une infection du nouveau-né (septicémie, infection pulmonaire, neurologique, cutanée) avec un taux de létalité de 20% pour le nourrisson.

Quels sont les risques de décès de la listériose ? 

La listériose est dangereuse chez les personnes fragiles citées plus haut. 

Chez elles « les symptômes de la listériose peuvent s’aggraver et perdurer pendant plusieurs semaines sous la forme d’une septicémie, une méningite, d’abcès cérébraux, ou encore d’infections locales. Des séquelles neurologiques peuvent être observées et, selon les études, le taux de décès dus à l’infection varie de 20 à 30% » indique l’Anses.

La listériose a un taux d’hospitalisation (> 97 %) très élevés.

Sources :

  1. https://sante.lefigaro.fr/sante/maladie/listeriose/quest-ce-que-cest
  2. https://agriculture.gouv.fr/la-listeria-cest-quoi
  3. https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-nutrition/2544062-listeria-listeriose-definition-incubation-symptome-fromage-traitements-grossesse/