Maladie de Crohn : qu’est-ce que c’est ?

La maladie de Crohn est une pathologie douloureuse et invalidante. En France, elle touche près de 140.000 personnes, un chiffre élevé par rapport aux autres pays européens.

Elle est aujourd’hui incurable et réclame le financement de programmes de recherche de haut niveau, pour mettre au point de nouveaux traitements.

Définition

La maladie de Crohn fait partie des Maladies inflammatoires Chroniques de l’Intestin (MICI). C’est une affection inflammatoire chronique pouvant toucher tous les segments du tube digestif. L’iléon, le côlon et l’anus sont les segments les plus fréquemment atteints. 

Les lésions sont segmentaires, asymétriques, généralement profondes séparées par des zones saines, et peuvent parfois être à l’origine de fissures, fistules (trous dans la paroi de l’intestin) et sténoses. 

Fatigue, perte de poids et même dénutrition peuvent survenir si aucun traitement n’est entrepris. Dans certains cas, des symptômes non digestifs, qui touchent la peau, les articulations ou les yeux peuvent être associés à la maladie.

La maladie évolue par poussées entrecoupées de périodes de rémissions (périodes calmes, sans symptômes). Elle peut s’accompagner de manifestations extra intestinales (articulaires, cutanées, oculaires…).

L’Europe du Nord-Ouest et les Etats-Unis sont les pays les plus touchés. Les pays émergents d’Amérique latine constatent une augmentation du nombre de personnes touchées.

La fréquence, en France, varie selon les régions : le Nord-Pas-de-Calais est une des régions les plus touchées.

Chiffres

La maladie de Crohn touche les hommes et les femmes. Elle survient le plus souvent chez les jeunes adultes, entre 20 et 40 ans, mais peut apparaître à tout âge et également dans une proportion moins élevée, chez les enfants. Le pourcentage d’enfants touchés est inférieur à 10%.

Lors de l’évolution de la maladie, il y a un important recours à la chirurgie ; en effet environ 80% des malades subissent une intervention chirurgicale au cours de l’évolution de la maladie.

Après 10 ans d’évolution le risque de cancer colorectal augmente par rapport à la population générale.

Symptômes

Les principales manifestations de la maladie sont les douleurs abdominales, une diarrhée chronique (rarement glairo-sanglante) et l’amaigrissement. Le transit peut aussi être normal si la maladie ne touche pas le colon. Peuvent s’y associer une fièvre modérée et de la fatigue.

Les lésions anopérinéales sont fréquentes et touchent plus d’1 malade sur 2 au cours de sa vie. Constituées de fissure, fistule ou d’abcès, cette localisation est considérée comme un signe de gravité altérant la qualité de vie par les symptômes qui en découlent (douleurs, écoulements non contrôlés, suppurations…) et par le recours fréquent à la chirurgie.

Près d’un tiers des malades auront au cours de leur suivi, des symptômes extérieurs au tube digestif : aphtes, erythèmes, rhumatismes, atteintes hépatiques, oculaires, urologiques…

La maladie de Crohn peut toucher chaque segment du tube digestif présentant ainsi parfois des symptômes très atypiques rendant le diagnostic difficile.

La maladie de Crohn évolue par poussées entrecoupées de périodes de rémission qui peuvent durer plusieurs mois. Les crises se succèdent de façon assez imprévisible et sont d’intensité variable. Il arrive parfois que les symptômes soient tellement intenses (incapacité à s’alimenter, hémorragies, diarrhées, etc.) qu’une hospitalisation devient nécessaire.

Chez les enfants, la Maladie de Crohn induit des phénomènes de malnutrition, qui peuvent provoquer des retards de croissance staturo-pondérale importants.

Un certain nombre de complications non rares et parfois inaugurales alourdissent la prise en charge médico-chirurgicale de ces malades : colite grave, fistule, sténose, dégénérescence cancéreuse dont le risque est 18 fois supérieur à celui de la population générale après 20 ans d’évolution d’une forme pancolique.

A quoi est-elle due ?

Les mécanismes de survenue de la maladie de Crohn sont encore mal compris. Ils font intervenir des facteurs génétiques, immunitaires et environnementaux.

Une prédisposition génétique : des gènes de prédisposition à la maladie de Crohn ont été mis en évidence. Certaines mutations de gènes augmentent le risque de survenue de la maladie.

Un déséquilibre entre le système immunitaire et le microbiote intestinal (ou flore intestinale) : le système immunitaire réagit anormalement contre les bactéries normalement présentes dans le tube digestif. Il s’ensuit une inflammation de la paroi intestinale, présente dans la maladie de Crohn.

Le constat d’une augmentation rapide du nombre de nouveaux cas de maladie de Crohn dans les pays en cours d’industrialisation conduit à penser que l’environnement a un rôle dans le déclenchement de la maladie.

Parmi les facteurs environnementaux, le tabagisme est le principal facteur connu dans le déclenchement de la maladie de Crohn. Le tabac augmente le risque et la sévérité des poussées et complique la prise en charge thérapeutique.

Les chercheurs prennent aussi en compte le régime alimentaire, mais son influence n’est pas prouvée pour le moment.

Le stress psychologique n’est pas, à ce jour, reconnu comme un facteur de risque indépendant.

Comment soigner la maladie de Crohn ?

Actuellement, la maladie de Crohn ne bénéficie d’aucun traitement curatif. Seuls les symptômes font l’objet de thérapies, visant à diminuer leur intensité, mais également leur fréquence.

La plupart des patients sont placés sous anti-inflammatoires, pour soulager les douleurs abdominales et réduire l’inflammation au cours des poussées.

Conjointement, une surveillance de leur état nutritionnel est impérative, car les pertes hydriques et oligoélémentaires sont souvent massives pendant les crises.

Des complémentations diététiques et l’adoption d’un régime alimentaire spécifique sont généralement nécessaires.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont à éviter, car ils peuvent provoquer une poussée ou aggraver des lésions intestinales. 

Dans la maladie de Crohn, 50 à 70 % des patients devront subir une intervention chirurgicale dans les dix ans. Il s’agit pour le chirurgien de réséquer la partie de l’intestin malade ou de réparer une complication (sténose, fistule).

Malheureusement, la chirurgie n’empêche pas les récidives de la maladie, lesquelles sont presque constantes, dans 90 % des cas, y compris en l’absence de tout symptôme. C’est pourquoi toutes les précautions sont prises pour reséquer uniquement les segments d’intestin malade afin de le préserver au maximum.  Dans certains cas, le chirurgien recourt de façon temporaire à une stomie (anus artificiel). Elles sont rarement posées de façon permanente.

Complications possibles

  • Une obstruction du tube digestif. L’inflammation chronique peut entraîner un épaississement de la paroi du tube digestif, pouvant conduire à un blocage partiel ou total du tube digestif. Cela peut entraîner des ballonnements, de la constipation, voire des vomissements de matières fécales. Une hospitalisation d’urgence peut être nécessaire pour éviter une perforation de l’intestin ;
  • des ulcères dans la paroi du tube digestif ;
  • des plaies autour de l’anus (des fistules, des fissures profondes ou des abcès chroniques) ;
  • des hémorragies du tube digestif, rares mais parfois graves ;
  • les personnes atteintes de la maladie de Crohn au côlon ont un risque légèrement accru d’être victimes d’un cancer du côlon, surtout après plusieurs années de maladie, et même si elles sont en traitement. Il est donc conseillé de subir un dépistage précoce et régulier du cancer du côlon.

Sources :

  1. https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=maladie_crohn_pm
  2. https://www.digestscience.com/fr/pathologies/maladie-de-crohn
  3. https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2512009-maladie-de-crohn-alimentation-signes-causes/
  4. https://www.snfge.org/content/maladie-de-crohn-0
  5. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/maladie-crohn/definition-facteurs-favorisants
  6. https://www.caminteresse.fr/sante/la-maladie-de-crohn-causes-symptomes-traitement-prevention-11136688/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire